© 2020 LS narrative

La mathématicienne et le platiste



Le 24 février dernier, la mathématicienne Katherine Johnson décédait à l'âge de 101 ans. Rendue populaire grâce au film Hidden figures, Katherine Johnson a mis son génie mathématique au profit de nombreuses missions spatiales, en particulier Apollo 11 qui a permis d'envoyer les premiers hommes sur la Lune. Pendant une trentaine d'années, la scientifique américaine, réputée pour la fiabilité de ses calculs en navigation astronomique, a établi trajectoires, fenêtres de lancement et autres plans d'urgence de vols spatiaux. Travailleuse infatigable, dotée d'un esprit brillant, cette femme noire issue d'un milieu modeste a réussi à se faire une place dans un monde d'hommes blancs. Elle n'a jamais cessé de se battre pour la cause féminine et celle des minorités. La Nasa lui a rendu hommage.


Deux jours plus tôt, le cascadeur Mike Hughes mourrait à 64 ans dans le crash de la fusée qu'il avait conçue pour prouver que la terre est plate "comme un frisbee". Y croyait-il vraiment ou pas, on ne le saura jamais.


Toujours est-il que l'une nous élève, l'autre pas. La femme (scientifique) est l'avenir de l'homme (platiste).



Source image : Commons wikimedia - Amanda Phingbodhipakkiya / CC BY-SA